Le singe-écureuil commun (Saimiri sciureus) est un primate néotropical qui appartient à la famille des Cebidae. Comme tous les singes-écureuils, il possède une longue queue non préhensile à l’extrémité noire. À l’âge adulte, son corps mesure environ 72±10 cm de la tête à la queue, pour un poids de 55 kg à 1.25 kg. Sa tête est blanche et son museau noir (ou brun foncé). Tout comme les espèces Saimiri oerstedii et Saimiri ustus (et contrairement aux autres espèces du genre), sa tête forme un arc « gothique » au-dessus des yeux en créant un V blanc.

Espèce

Saimiri sciureus

Ordre

Primates

Famille

Cebidae

Peligro de Extinción

Amenazada (vulnerable)

Caractéristiques

Caractéristiques :

Les singes-écureuils forment des groupes plus grands que la plupart des espèces de primates néotropicaux. Des groupes de 25 à 44 individus ont été recensés, avec de grands écarts selon l’habitat dans lequel ils évoluent. Ces groupes se composent de plusieurs mâles et femelles, généralement dans une proportion de 65 % de bébés et jeunes adultes, 29 % de femmes adultes et 6 % de mâles adultes.

Lors d’une étude en captivité menée à bien en Floride, la division des groupes en sous-groupes de mâles et femelles fut établie, en observant une plus forte cohésion chez le groupe des femelles (qui privilégient le contact physique). L’existence de hiérarchies linéaires strictes fut également constatée, au sein du sous-groupe chez les mâles et les femelles, bien que cette hiérarchie soit plus définie chez les mâles.

Coutumes, nourriture et habitat :

Habitudes, alimentation et habitat :

Sa répartition s’étend du centre et nord-est du Brésil jusqu’à l’ouest de la cordillère des Andes au Pérou, en Équateur et en Colombie, en passant par le Venezuela, la Guyane, la Guyane française et le Surinam. Sa population actuelle est inconnue. On trouve cette espèce dans une grande variété d’habitats,  même dans les bois dans lesquels l’activité humaine a modifié l’habitat naturel, à condition de disposer d’assez de fruits et d’insectes pour se nourrir. Principalement diurne, ce singe vit en groupes qui, en fonction du milieu, peuvent aller de 10 à 50 individus, constitués de plusieurs mâles et femelles en plus des jeunes exemplaires et des bébés. Il n’est pas très territorial et évite généralement les conflits en présence d’autres groupes.

Étant donné sa bonne capacité de survie dans des milieux altérés par l’homme, cette espèce n’est pas menacée,  bien que la chasse destinée au marché d’animaux de compagnie, le principal facteur de menace de cette espèce, soit considérable.

Des études réalisées auprès de singesSaimirisciureus le décrivent comme une espèce principalement frugivore-insectivore, s’alimentant généralement de fruits, de baies, de noix, de fleurs, de pousses, de graines, de feuilles, de résine, d’insectes, d’araignées et de petits vertébrés,  bien que son appareil digestif assez court soit plus adapté à la consommation d’insectes que de plantes.

En général, ce singe consomme plus de fruits aux premières heures du jour et plus d’insectes tout au long de la journée.

Curiosités

Curiosités :

La femelle donne naissance à un seul petit au terme d’une gestation de cinq mois et demi environ. Durant la période d’accouplement, les mâles ont tendance à accumuler de la graisse, notamment autour des épaules. Les deux premières semaines après la naissance, le bébé singe dort à longueur de journée et s’alimente avec sa mère. Au bout de 2 – 5 semaines, il commence à se séparer de sa mère et est pris en charge par d’autres membres du groupe. Les jeunes sont sevrés six mois après leur naissance.